Camino Mozarabe (3) : de Guadix à Granada

drapeau andalouSuite de la marche sur le « Camino Mozarabe », entre Alméria et Cordoba (Cordoue) en Andalousie.
Cette partie concerne le chemin entre Guadix et Granada. Bonne lecture.

NB. Pour découvrir encore plus de photos en format original,
et si vous désirez en télécharger quelques-unes, CLIQUER ICI


Camino Mozarabe (12) : de Guadix à Baños de Graena
(2 Juin)

Difficile de quitter cette belle cité de Guadix. Je traîne un peu. Adieu Gabi, Pepe, tout le monde…
– J’erre un peu en ville, histoire de retrouver, seul, les lieux vus avec Paco. Petit tour au mirador.
➡ Le sentier quitte résolument Guadix. On grimpe vers les montagnes.
– Je suis un berger et son troupeau durant un bon kilomètre.

Très vite, les paysages redeviennent sauvages. Les falaises sont constellés de grottes.
➡ Après avoir longé la barrière de rochers, le chemin grimpe dans des bois. C’est magnifique.

J‘essaie de photographier des lézards à la queue rouge. Pas simple, mais j’y parviens.

 

– Je fais une longue pause paradisiaque sous un arbre 🌲. Silence magique ! Si j’avais pu y passer la nuit !

➡ Le camino descend légèrement, puis remonte vers un canyon.
– Je m’amuse du transport aérien de l’électricité espagnole : notamment, un poteau suspendu en l’air au-dessus du vide.

– Puis le chemin redescend dans le village de Purullena où je m’arrête pour une pause tapa + (naturellement) un tinto de verano.

➡ Il fait chaud, mais je le supporte bien.
– On entre dans ce type de pays que j’adore : d’abord le village de Marchal suspendu sur la falaise avec de nombreuses maisons blanches et troglodytes (dans les cuevas).

– Je fais une pause dans un lieu aménagé par la municipalité. Ensuite, la route grimpe abrupte, et je croise un chevreuil.

Dernier petit bout à plat, jusqu’au beau village (thermal) de « Banos de Graena » où j’arrive vers 16h30.
➡ Je loge à l’hôtel Soledao : il semble que je suis tout seul. Les hôtes sont très sympas, avec une petite dose d’humour.
——-
Cette journée, ce sont surtout les paysages que j’aime beaucoup… et des chemins bien adaptés au peregrino.

et la Sierra, toujours au loin

 

Oh, un chevreuil

.

Camino Mozarabe (13) : Baños de Graena-La Peza
(3 Juin)

Lever vers 7h. Je traîne un peu. On est bien, là. Desayuno à l’hôtel. Tostadas et café con leche. Pars vers 9h30.

– Me sens fatigué.
➡ À Graena, je grimpe un escalier raide vers le mirador avec une statue de ND. Des chiens aboient. Beau panorama.

– Toujours des cuevas. J’adore ce genre de paysage.
Belle route de montagne avec des vues panoramiques.

➡ Le Camino emprunte un sentier poussiéreux sur plusieurs kilomètres. Il y a des vignes !
– Pause dans un pré avec oliviers.

Puis le chemin rejoint une carretera avec des échappées encore plus spectaculaires. On a dépassé les 150 km depuis Almeria.

➡ 1 km avant La Peza, nouveau chemin vers la droite à flanc de colline, puis descente un peu casse gueule sur une ligne de crêtes vers La Peza.

– Arrivée à l’auberge, j’appelle l’Ayutamento. L’employé municipal n’a pas le code d’accès, mais la clé.
Auberge dans une cour. On entend des musiciens d’une école de musique.
– Hébergement fonctionnel, sans plus…
▶ Il y a un autre marcheur, Andres, espagnol. Il est assez réticent à me confier le codigo ! Bon, il l’accepte. Sympa et avenant, ensuite.
➡ Sieste, écris, lave linge, courses et repas du soir. Je commence un roman qui traînait ici.
——-
C’est vrai qu’on passe plus de temps dans les auberges que sur le chemin. Mais il ne se passe rien, quand on est seul.

 

 

.
➡ J’arrive à Huéneja épuisé, tel u. Zombie, après 20h ! C’est la fête au village : cloches, feux d’artifice, fanfare, boutiques closes. Pas l’énergie d’aller voir !

Camino Mozarabe (14) : La Peza-Tocón (4 Juin 2019)

– L’étape jusqu’à Quéntar,28 km, doit être coupée en deux. Il y a un hébergement à Tocón, petit hameau un peu à part, à mi-chemin.
Me lève tôt et pars vers 8h30.
➡ Côte abrupte au départ de La Peza. Puis montée plus douce.
Une de mes plus belles photos ci dessus

Progressivement, je marche sur une ligne de crêtes, par un chemin facile pour les peregrinos… entre 1200 et 1300 m.
– Paysages admirables comme je les aime.

J’en profite pour photographier des plus petits éléments que les vastes paysages entrevus.

➡ Pause sous les bois. Petit malaise. On reste sur les sommets. Le vent est fort. Ça équilibre le Soleil.

➡ Descente vers la Carretera.
Choix : le Camino longe la route. J’essaie, mais c’est du sable et des cailloux, le pire pour une marche avec prothèse.
… Je ne suis pas maso. Je retourne marcher sur la Carretera.
– Longue montée tranquille. Personne sur la route.

À gauche, le Camino, à droite, la Carretera : Mon choix est fait ! Le chemin de terre et de pierre est difficile, surtout pour un handicapé !

➡ Arrive au Col de Puedo Blancarès (1297 m).
– Enfin un petit chemin (avec barrière de protection) descend tranquillement vers Tocón de Quéntar.

Tout petit village, coupé du monde (des réseaux, j’entends)
➡ Donativo tranquille dans ce village isolé. Je suis seul.

Le dernier à être passé ici date d’une semaine.
– Pas de réseau, mais UNE BAIGNOIRE ! Pas grand chose à manger.(légumes et soupe).
– Sieste jusqu’à 19h45 ! Je devais en avoir besoin. Je prends un bon bain, puis je mange une soupe et une boîte de légumes… et de nouveau, dodo

——-

Suis dans l’état de paix tranquille du Camino. Le fait qu’il n’y ait pas de réseau est profitable.

Toiles d’araignée à faire frémir Bilbon et Frodon


Camino Mozarabe (15) : Tocón – Quentar (5 Juin 2019)

🤕 Il y a des journées comme ça sur le Camino !
🌠 Tocón. Dans la nuit, pour profiter du fait d’être isolé du monde, je me lève pour contempler les étoiles 🌌
…Grrrr ! Pas de chance : cette nuit là, le ciel est couvert !
➡ Le matin, je me lève très tôt. Il reste un peu de soupe. Il n’y a plus rien à manger. On verra bien. Je pars vers 7h.
▶ Il fait très froid et je tremble. D’ailleurs, je vais garder la polaire toute la journée. Seuls les énormes crapauds monstres sortent 🐸

– Je suis la carretera tranquille sur 2 km. Mais il faut rejoindre le Camino que j’ai abandonné hier. Jardins et chiens…

➡ Waouh : une montée très raide à travers bois est nécessaire pour le retrouver : bon pour mettre en forme le matin.

🍃 Il fait toujours très frais, le ciel est couvert et un vent froid balaie la montagne.
Le chemin monte, puis redescend. Les paysages sont extraordinaires et le Soleil ⛅ pointe son nez.

➡ En bas, pause. Problèmes de prothèse, le moignon me fait souffrir. Trouve une solution provisoire !
➡ Puis c’est une longue montée magnifique de plus de 4 km pour atteindre le point le plus haut du Mozarabe : 1418 m.
– J’ai toujours préféré les montées aux descentes, car les panoramas se dégagent et s’élargissent.

Je me trompe 2 fois, croyant être au sommet.
▶ Une première fois, sur un balcon qui s’ouvre vers le sud-est, avec les cimes enneigées de la Sierra Nevada.

▶ Une seconde fois, dans les bois.
– En fait, le sommet se situe au niveau d’une carrière toute blanche. La lumière est forte.

➡ Puis c’est la descente vers Quentar. Extrêmement casse-gueule. Je fais une super chute-glissade et atterrit dans les ronces !

C’est là que j’ai glissé et atterri dans les ronces, à gauche… 🌵

– Heureusement, je me fais rarement mal, parce qu’avec ma jambe amputée, j’ai l’habitude de tomber… Sauf bien sûr, les égratignures dues aux ronces !

Paysages magnifiques et colorés !

➡ À Quentar, je rate l’entrée et je suis contraint de faire un large tour, de me perdre dans ce village labyrinthe…

Enfin, je trouve l’hébergement : une guesthouse tenue par des anglo-saxons. Très sympa et cool.

🌪 Mais ce n’est pas le jour, je me prends une nouvelle glissade 🌧 dans la douche : un bleu sur la hanche, un coup douloureux dans le bras.
😵 Décidément, ce n’est pas la journée !!!
– Dans la guesthouse, il y a 4 ou 5 personnes, mais pas d’autres peregrinos…
➡ Trop faim : je n’ai presque rien mangé depuis hier matin. Je vais dîner dans un restaurant.
… Mais ce n’est vraiment pas bon. Je le déconseille.
➡ Dans la guesthouse, ça tchatche tard. Difficile de dormir.

——-
Malgré tous les petits désagréments, j’ai une super pêche. La nature sauvage est vivifiante.
– Suis très étonné de ma résistance physique !
… Et demain ! GRANADA. Je vais m’éclater à Grenade (bon, c’était facile !!! 🎊)

Sympa, comme environnement

 

.

Camino Mozarabe (16) : Quentar – Granada (6 Juin 2019)

Aujourd’hui 18 km : c’est beaucoup… et journée tellement dense et belle que j’ai du mal à trier les photos.
➡ Lever tôt en silence. Tout le monde dort. Thé et boissons et je m’enfuis. Il fait beau.
– Pas un bruit dans Quentar, sauf les chiens… L’un me colle aux basques toute la traversée du village 🐶. Un âne me fait la causette…
– Jusqu’à Dudar, on suit un petit sentier dans les herbes.

➡ Puis après Dudar, le Camino attaque une montée raide, une des plus difficiles depuis le départ.
– Mais quel spectacle une fois en haut !!! Un ancien aqueduc romain dans la montée.
– Puis pendant plusieurs kilomètres, je vais marcher sur une ligne de crêtes de rêve. Des vues sensationnelles sur la Sierra Nevada ; de l’autre, des plans successifs de montagnes à 1300-1400 m… En bas, des oliviers, des casas et cortijos colorées, des chemins, une végétation de toutes les teintes.
▶ Le paradis du peregrino !
D’ailleurs, je prends (perds ?) du temps à photographier ; je profite de longues pauses…
et je me rappelle que je n’ai rien à bouffer sauf des raisins secs et du lait concentré…
➡ Au bout de quelques kilomètres, la longue descente vers Granada commence.
– La belle Ciudad se fait désirer. Elle se cache derrière une barrière de montagnes.
Je croise chèvres, moutons, berger. Le Soleil ☀ tape, mais je supporte sans difficulté.

—–
▶ La descente est abrupte. Je fais une pause près d’une grosse bâtisse abandonnée : « Jesus del Valle ».

➡ Nouvelle marche dans des oliveraies, puis dans des sous-bois et des fourrées.
– Le Camino arrive dans un village, et brusquement surgit l’imposante Abadia (Abbaye) de Sacramento qui domine la vallée.
▶ Grimpette raide pour accéder là haut, à l’abbaye : je savoure un coca et remplis enfin ma gourde vide. Je fais la connaissance de 2 français de Vitré (j’ignorais si j’étais encore capable de parler cette langue !) et on reste longtemps à bavarder.
– Depuis la terrasse de l’Abadia, on a une vue sur l’Alhambra et sur Granada : ENFIN !!!

➡ L’entrée dans la ville est magnifique : on longe des cuevas, l’Alhambra surplombe.

 

… Je marche jusque chez une communauté de sœurs indiennes qui m’hébergent ce soir : elles sont très étonnées de me voir, et même un peu perdues (à cause de ma jambe, semble-t-il !).
– Mais tout s’organise. Il est déjà 18h. Douche, repos.
… Et n’oublions pas : presque rien mangé depuis ce matin.

➡ Petit restaurant en ville : la « Meson Botafumeiro ». Si, si ! (J’avais trouvé tellement ridicule ce rite (le botafuméiro), à Santiago… que je lui dois bien une excuse). On y mange très bien.
—–

Incontestablement, une des plus belles marches depuis Almeria.
– Et quelle ville splendide ! J’ai demandé aux sœurs de rester deux jours…

 

Pardonnez-moi, je suis un peu narcissique, aujourd’hui…La borne 200 km, dans le jardin des petites sœurs indiennes.


Camino Mozarabe (17) : Granada (7 Juin 2019)

GRANADA…e…

 

 

 

– Camino Mozarabe 4 : de Granada à Baena –

Récit d'un unijambiste
sur le Chemin de Compostelle
106 jours de marche, à 2 Km/h
et 14 Km/jour sur 1540 Km...

- Difficultés et joies de la marche d'un handicapé physique -
Tome 1 : Voie du Puy (Édition Nicorazon)Tome 2 : Espagne (Éditions Lepère)

Ce contenu a été publié dans Compostelle, Voyages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.