Myriam et Cléophas

Il y a douze ans, en 2015, dans la semaine qui a suivi la mort de mon père, j’ai écrit ce texte. J’ai le souvenir d’être assis au bord d’un canal, dans le Marais Poitevin, gribouillant sur mon cahier sans arrêt, sinon celui d’observer les libellules sur les lentilles d’eau et de guetter les sillons de quelque perche passante.

Il n’a jamais été publié et seules deux ou trois personnes l’ont parcouru à l’époque. En général, les éditeurs ne lisent pas les écrits qui leur sont envoyés, sauf si ce sont des copains ou des personnes en vue.
Je viens de relire ce récit, et j’ai été étonné de son contenu et des idées que je proposais à l’époque. « Cléophas et Myriam »… Certains initiés comprendront très vite de quoi il s’agit. En gros, j’ai imaginé que l’épisode des deux pèlerins d’Emmaüs, raconté par l’Évangile de Luc, ne concernait pas deux hommes, mais un homme et une femme… mariés de surcroît. Mon imagination n’est pas si farfelue. L’évangile de Luc dit que l’un des deux pèlerins se nommait Cléophas, sans nommer l’autre. L’évangile de Jean parle de Myriam, femme de Cléophas, aux pieds de la Croix du Christ Jésus. Un petit rapprochement non exégétique. Mais pourquoi pas ? Il s’agit d’une fiction.

La fin paraîtra délirante à certains. Cela n’a pas d’importance, c’est ainsi que je voyais les choses à l’époque et aujourd’hui, je ne renie pas ma vision… Sans doute serait-elle plus nuancée et plus informée. Je demande donc aux éventuels intéressés de lire ce récit et de me transmettre leurs remarques, leurs idées, leur opinion.

« Myriam et Cléophas » est téléchargeable sur ce lien.

… et j’ignorais que quelques années plus tard, je me découvrirai éternel pèlerin qui vagabonde.

 

 

Ce contenu a été publié dans Etats d'âme, Spiritualité-religion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *